«On est très inquiet» : the French polar stations in sursis face à la flambée du fioul

Exhausted after the années, l’Institut polaire français va-t-il devoir fermer des stations en Antarctique? C’est la crainte de beaucoup de scientifiques alors que la flambée des coûts de l’énergie n’est pas compensated par l’État. « On est très inquiet : l’Institut polaire va droit dans le mur. On envisage même de fermer la station (franco-italian) Concordia, à l’extrême limite. Et une fermeture, c’est irréversible », predicts Catherine Ritz, glaciologue and president of the administrative council of the Paul-Émile Victor Polar Institute (Ipev), based in Brest.

Soutien logistique à la recherche française, l’Ipev permet chaque année à 320 scientifiques de mener leurs travaux sur les pôles. More essentials of their moyens are absorbed by two stations in Antarctique: celle de Dumont d’Urville, near the côte de la Terre-Adélie, and celle de Concordia, 1,100 km inland from the land. Inaugurated with the Italiens in 2005, this dernière station is one of the three seules bases inside a great continent like Europe. Scientists and observers of exoplanets, study of terrestrial magnetism and success of the evolution of the ice cap.

At 40 km from Concordia, the European project «Beyond Epica» aimed for example to obtain a glass of ice of 1.5 million d’années, in order to study the variations du climat et des gaz à effet de serre sur le très long term. “C’est de la science essentielle”, estimates climatologist Jean Jouzel. “La communauté scientifique française est à la hauteur mais, sans soutien logistique, on n’y arrive pas”, ajoute-t-il.

Deux liters de fioul pour un liter d’eau drinkable

Car travailler dans ces extreme conditions (-55 °C in moyenne) nécessite d’énormes moyens. To prevent the cold weather from destroying its infrastructures, Concordia doit ainsi être chauffée au fioul toute l’année. Elle est en outre ravitaillée depuis la côte par des raids de tracteurs tirant des caravanes et des conteneurs de denrées, le tout en une vingtaine de jours aller-retour. « Pour a liter of drinkable eau à Concordia, il faut un liter de fioul. Et il faut un autre litre de fioul pour amener ce litre fioul à la station », summarizes Catherine Ritz.

The station absorbs, to her seule, the amount of the budget of 18 million euros from the Ipev. Et avec l’explosion des prix du fioul, des billets d’avion et du transport maritime, l’Institut accused a deficit of 3.7 million euros each year, without the fact that the État ne prévoie de ralonge dans le budget 2023. « C’est terrible », lâche la glaciologue Amaëlle Landais, selon laquelle les chercheurs sont déjà obligés de « faire du bricolage » avec « des infrastructures vieillissantes ». « On a vu the situation deteriorated petit à petit. Sur le terrain, ça devient difficile », témoigne-t-elle.

I questioned the Ministry of Higher Education and Research to specify that there are “exchanges” that are “programmes” with Ipev and “subject to a support of the State” in the “objective of preserving activity” of search ». The situation is so paradoxical that France adopted in April a “polar strategy” aiming at a commitment of more than 400 million euros on huit and the renewal of Antarctic stations. Plusieurs rapports ont en effet pointé ces dernières années l’affaiblissement de l’Institut polaire face à ses homologues allemands (53 million euros) et Australien (88 million euros).

« The miracle arrives at its limits »

« Nous amenons sur ces terres (polaires) à peu près autant de scientifiques pour des missions que la Corée du Sud, avec un budget deux fois et demie inférieur. Nous pouvons appeler cela un miracle. Je ne vous cache pas que le miracle arrive à ses limits », témoignait dès 2019 l’ancien director de l’Ipev, Jérôme Chappellaz, devant l’Assemblée nationale, in évoquant des « ressources humaines à bout, avec des people qui craquent » .

“Casser cet outil maintenant serait assez irresponsible et obérerait gravemente notre capacité à connaître et anticipate climatic change et ses conséquences”, criticizes Jean-Charles Larsonneur, député (Horizons) du Finistère, who understands that he defends an amendment to his project of Finances.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *